Actualités

Le Bassin du Beuvron
Le SEBB
Le Contrat de Bassin Versant
Les actions du SEBB

Biodiversité du bassin versant
Documentation
Contacts
Présentation du bassin versant du Beuvron

Population du bassin versant

Le bassin versant s'étend sur 2193 km² et sur 79 communes (dont 70 font partie du SEBB).

Au total, la population des communes du SEBB atteint 141 479 habitants (dont Blois 48 487 habitants).

L'habitat dispersé, les agglomérations rares et modestes et la densité de population d'environ 20 habitants au km² en grande Sologne constituent autant de caractéristiques de ce secteur. La densité est nettement plus faible que la densité des différents départements du bassin (le Loir-et-Cher a une moyenne de 49,65 habitants au km²), cependant ce phénomène est nettement moins marqué lorsque l'on s'approche de l'agglomération blésoise et du Val de Cher.

Occupation du sol

En se basant sur le sous sol et en simplifiant, on peut distinguer 2 grands types de paysages (" Découverte géologique de la Région centre " édition du BRGM) sur le bassin :
La Grande Sologne avec :

  • La Sologne des étangs entre la Sauldre et le Beuvron. Il s'agit de la Sologne argileuse humide où la quasi-totalité des étangs solognots sont l'œuvre de l'homme.
  • La Sologne sableuse ou Sologne orléanaise entre Cosson et Beuvron dans laquelle les sables prédominent. Ils supportent des sols acides plus ou moins podzoliques ou squelettiques. C'est l'espace des landes boisées.
  • La Sologne sèche ou Sologne du Cher dont l'occupation du sol tend vers un boisement monospécifique de résineux.
D'après l'Institut Forestier National, la Grande Sologne se caractérise par un taux de boisement de 52,14 % (dont 51,34 % en forêt de production) et une couverture agricole de type polyculture-polyélevage de 32,49 %. Les landes représentent 3,26 %. Cette région est également caractérisée par un nombre important d'étangs de petite taille et une densité de population faible. Les zones d'activité sont rares et restent concentrées autour de Lamotte-Beuvron. L'agriculture devient plus présente en amont du bassin sur les communes d'Argent sur Sauldre et de Coullons.

La Sologne viticole qui se trouve dans la partie occidentale de la Sologne et qui est caractérisée par une mosaïque de sous sols : sables et argiles de Sologne siliceux, faluns (dépôts marins très fossilifères), calcaires de Beauce et par une mosaïque de terroirs (polyculture dominante, bois, landes).
D'après les mêmes sources, la Sologne viticole présente un taux de boisement nettement moins important, 18,12 %, et, à contrario une utilisation agricole du sol plus développée puisque la couverture agricole représente 63,54 %. Les landes représentent 2,51 %. Les cultures spécialisées et les grandes cultures sont dominantes.

La rivière : le Beuvron

Sa source se situe sur la commune de Coullons dans le Loiret à 176 m d'altitude. Il se jette en rive gauche de la Loire à Candé-sur-Beuvron, en dessous de Blois. Il constitue le principal émissaire du réseau hydrographique de la Sologne.
  • Son bassin vesrant est caractérisé par ses richesse des milieux et des paysages, ses richesses faunistiques et floristiques et par l'étroite intrication entre milieux humides et secs, ouverts et forestiers. La Sologne constitue par ailleurs une zone humide d'importance internationale (Natura 2000) avec plus de 3 000 étangs sur près de 500 000 ha.
  • La vallée du Beuvron possède un réseau hydrographique important correspondant à 1028 km de cours d'eau. Altérés par les travaux de recalibrage, de curage et d'élargissement afin d'assainir la sologne, les cours d'eau du bassin présentent une mauvaise qualité morphoécologique.
  • La vallée du beuvron possède un potentiel important en eau souterraine essentiellement du fait de la superposition des aquifères.
Les enjeux

Les enjeux identifiés dans le diagnostic du Contrat Territorial Milieux Aquatiques (CTMA) du bassin du Beuvron
:
  • Des perturbations de la dynamique de la rivière altérée par des anciens travaux de recalibrage et de rectification, 
  • Des ouvrages en grand nombre qui font obstacle à la continuité écologique (libre circulation des poissons et des sédiments), 
  • Des perturbations du régime hydrologique et un colmatage du lit mineur, lié en grande partie à la présence de nombreux étangs.