Actualités

Le Bassin du Beuvron
Le SEBB
Le Contrat de Bassin Versant
Les actions du SEBB
Biodiversité du bassin versant
Documentation
Contacts
Les ouvrages hydrauliques

Présentation
Les cours d'eau du bassin du Beuvron sont jalonnés de 362 ouvrages hydrauliques (seuils, barrage à crémaillère, étangs en barrage sur le cours d'eau, barrages à aiguilles, barrages à planches...). Ces ouvrages contribuent à la segmentation du cours d'eau et ont un impact négatif sur la qualité de l'eau et des milieux aquatiques :
- uniformisation des milieux en amont de l'ouvrage,
- réchauffement de l'eau et concentration des polluants,
- diminution de la capacité épurative du cours d'eau,
- barrière infranchissable pour les poissons migrateurs,
- blocage des sédiments en amont de l'ouvrage.

Les ouvrages hydrauliques représentent un coût important pour leur propriétaire en entretien et restauration pour des usages qui bien souvent n'existent plus (seuls subsistent une minoterie et quelques petites usines hydroéléctriques).

Le Classement des cours d'eau (article L214-17 du code de l'environnement)
Depuis le 10 juillet 2012, une partie des cours d'eau du bassin du Beuvron fait l'objet d'un nouveau classement :
Classement liste 1 (carte liste 1)
La liste 1 fixe la liste des cours d'eau sur lesquels aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique.
Classement liste 2 (carte liste 2)
La liste 2 fixe la liste des cours d'eau sur lesquels tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon les règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant pour assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs dans un délai de 5 ans après la publication de la liste (soit avant le 10 juillet 2017).
 

L'étude sur la continuité écologique
Le SEBB a lancé une étude depuis le 1er juin 2012 qui a pour objectif la restauration de la continuité écologique des cours d'eau prioritaires du bassin du Beuvron (concerne le classement en liste 2 et les ouvrages grenelle).
Cette étude comprend des pré-visites de chaque ouvrage, en présence du propriétaire, lorsque cela est possible puis des visites et l'élaboration d'un diagnostic. Suite à cette étape, le bureau d'études a proposé différents scénarii par ouvrage et une approche globale du gain écologique à l'échelle du bassin versant.
Le choix du scénario se fera en concertation avec le propriétaire de l'ouvrage.
Une programmation de travaux est en cours d'élaboration, ainsi que les modalités de financement de ces actions.
L'intégralité des documents de l'étude est disponible via le lien suivant : étude continuité écologique.

Le programme d'abaissement des barrages

Arrêté préfectoral du 4 novembre 2013 relatif à l'abaissement du niveau d'eau du bassin du Beuvron du 18 novembre 2013 au 10 janvier 2014.

Le Beuvron a subit d'importantes opérations de curage et de recalibrage et de nombreux ouvrages ont été construits sur son lit. Ceci a entraîné une perturbation de la dynamique hydraulique et une dégradation des milieux aquatiques. C'est pourquoi le SEBB, le service unité eau de la Direction Départementale de l'Equipement et de l'Agriculture, la Fédération de pêche et le Conseil Supérieur de la pêche ont décidé, en 2004, de mettre en place une opération annuelle d'abaissement des barrages sur l'ensemble du bassin et un dispositif de surveillance sur des sites définis.

L'objectif de cette opération est de permettre au cours d'eau de s'autocurer et de favoriser le transit des sédiments nécessaire à l'évolution morphologique du cours d'eau.

L'ouverture des ouvrages se fait sur l'ensemble du bassin de novembre à décembre sur une durée de trois semaines afin de bénéficier de débits importants (données mesures débits DDEA). La programmation se fait de l'aval vers l'amont, chaque barrage ayant une date d'ouverture et de fermeture. Cet abaissement est encadré par un arrêté préfectoral.

En 2008, l'abaissement n'a pas pu avoir lieu dû aux faibles débits des cours d'eau.

Afin de déterminer les impacts d'une telle action, le comité de pilotage de l'opération a élaboré une méthode de suivi des déplacements des sédiments, de l'évolution du profil tranversal et des atterrissements.

Les mesures réalisées sur les premières années ont montré un impact positif et significatif pour la rivière : 

                                                           

                     Aval d'un barrage avant fermeture                                Aval du barrage deux mois après fermeture
                 On apercoit les sédiments qui ont transité ----------------le cours d'eau a véhiculé les sédiments davantage vers
                                de l'amont vers l'aval                                                                       l'aval